La cour d’assises du Var a récemment entamé le procès de trois hommes de Toulon, Anthony Maule, Kevin Bissaolo Mbonga, et Zinedinne Amiri, accusés de home-jackings.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !
agression antisémite Relaxe prêtre Toulon toulon proxénète plainte Michel-Ange Flori var avocats toulon grève trois adolescents justice Hyères 4 000 postes justice vols violence toulon professeur grasse émeute La Seyne Benjamin Brière Tribunal Prof de français condamné mort de son voisin père prison var

Illustration pour les Toulonnais home-jacking – Tribunal de Toulon – CREDIT : Var Actu

Les jurés ont eu accès aux témoignages des victimes, dont Fabrice et Céline (les noms ont été modifiés pour protéger leur identité), un couple de Hyérois dont la villa a été cambriolée en janvier 2020. Des Toulonnais sont accusés de home-jacking.

Le couple avait laissé leur maison à la garde de la mère de Céline, Fanny, alors que Céline était encore à la clinique, venant tout juste d’accoucher d’une petite fille. Alors que Fanny était à l’intérieur de la villa, deux hommes cagoulés et gantés ont fait irruption, armes à feu à la main. La sexagénaire a été ligotée, bâillonnée, et recouverte d’un plaid. Les voleurs ont fouillé la maison, à la recherche du code du coffre-fort. La fille de Céline a été épargnée, mais Céline elle-même était profondément choquée. Elle a déclaré que “Ils m’ont volé le plus beau moment de ma vie”.

Les malfaiteurs ont pris la fuite avec 5 000 euros, des bijoux, des équipements multimédias, et la carte bancaire de Fanny. Les forces de l’ordre sont arrivées peu après, mais les cambrioleurs avaient déjà pris la fuite dans une Golf noire, qui avait été volée lors d’un autre home-jacking à Fréjus un mois auparavant.

Les enquêteurs ont pu remonter jusqu’aux trois accusés, grâce à la vidéosurveillance qui a permis d’identifier la voiture volée, ainsi que l’ADN de Kevin Bissaolo Mbonga, retrouvé sur un Serflex ayant servi à attacher Fanny, ainsi que dans une bouteille d’eau laissée dans la Golf accidentée. Fabrice a également reconnu Bissaolo Mbonga comme l’ouvrier qui avait effectué des travaux de peinture chez lui quelques mois plus tôt.

Lors du procès, les trois accusés ont adopté des positions différentes. Anthony Maule a d’abord avoué les deux home-jackings avant de dire qu’il n’était qu’un témoin extérieur dans le cas de Saint-Raphaël. Kevin Bissaolo Mbonga a admis être impliqué dans le home-jacking à Hyères, mais a nié toute participation à l’affaire de Saint-Raphaël. Quant à Zinedinne Amiri, il a toujours nié avoir été impliqué dans les crimes, affirmant avoir seulement prêté sa voiture le jour de l’affaire de Saint-Raphaël.

Le procès se poursuit, avec les défenses qui reprennent les positions des accusés. Les victimes, quant à elles, continuent de vivre avec les séquelles de ces crimes choquants.