Motovision ouvre la voie avec 600 centres prêts pour le nouveau contrôle technique moto et voitures sans permis en France.

contrôle technique moto sécurité deux roues motard Néoules

contrôle technique moto – CREDIT : Pixabay

Dans une initiative préparatoire sans précédent, Motovision, une enseigne lancée par le groupe Autovision, annonce l’ouverture de plus de 600 centres de contrôle technique à travers la France, avec des centres dans le Var, dédiés aux deux-roues et aux voitures sans permis. Ce déploiement massif intervient à l’approche de l’application de la nouvelle réglementation exigeant un contrôle technique pour ces catégories de véhicules, marquant un tournant majeur dans l’industrie.

Le pari audacieux d’Autovision

Contre toute attente et devançant des acteurs majeurs comme Dekra, Autovision a su tirer parti de son expérience en Grèce – où le contrôle technique moto est de longue date une obligation – pour se positionner en leader sur le marché français. Grâce à sa filiale Vivauto, Autovision a réussi à équiper ses sites Motovision avec des logiciels certifiés par l’UTAC-OTC et à obtenir l’agrément du ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.

Une formation ciblée pour un service de qualité

La formation de 250 contrôleurs techniques a déjà été achevée, et 500 autres suivront, garantissant ainsi un service de contrôle technique qualifié et spécialisé. Bernard Bourrier, PDG de MOTOVISION, souligne l’engagement du réseau à accueillir tous les propriétaires et utilisateurs de véhicules de catégorie L, avec une première échéance fixée au 14 août de cette année.

Qui est concerné ?

Le nouveau régime de contrôle technique concerne une gamme étendue de véhicules, des cyclomoteurs de moins de 50cc aux motos de plus de 50cc, en passant par les scooters à trois roues, les quads et les voitures sans permis. Ces contrôles, qui débuteront le 15 avril 2024 pour les véhicules de cinq ans et plus, auront une validité de trois ans, introduisant ainsi un calendrier précis pour les propriétaires de véhicules de catégorie L.

“Je crains que ça devienne juste une autre taxe déguisée. On paie déjà assez en assurance et en entretien.” dit Fabrice de Toulon

“Cela pourrait être bénéfique pour la sécurité, mais je m’inquiète de l’impact sur le coût d’utilisation quotidienne de mon scooter. Espérons que les centres seront accessibles et pas trop chers.” Céline, de La Garde

“C’est un changement majeur, mais si ça peut améliorer la sécurité sur les routes, pourquoi pas. J’espère juste que les tarifs resteront raisonnables.” raconte Lucile de La Crau

“Je suis surpris, je ne pensais pas que les petites cylindrées seraient concernées. Ça va certainement ajouter une contrainte, surtout pour les budgets serrés.” dit Lucas, de Sanary-sur-Mer

Un contrôle technique exhaustif

Les contrôles s’étendront sur neuf fonctions clés, allant de l’identification du véhicule et du système de freinage à la visibilité, l’éclairage, et jusqu’aux nuisances sonores et polluantes. Une attention particulière sera portée aux grosses cylindrées, dont les propriétaires seront invités à assister le contrôleur technique lors de la manipulation de leur moto, assurant ainsi un contrôle à la fois précis et sécurisé.

Cette initiative de Motovision s’inscrit dans une démarche globale visant à renforcer la sécurité routière et à minimiser l’impact environnemental des véhicules, en alignement avec les valeurs de responsabilité et de durabilité prônées par le secteur.