La révolution du diagnostic du trouble bipolaire arrive en France avec myEDIT-B, le premier test sanguin permettant un diagnostic précis et rapide.

trouble bipolaire test sanguin vaccination papillomavirus

trouble bipolaire avec un test sanguin – CREDIT : Var Actu

Une révolution dans le domaine de la santé mentale est sur le point de se concrétiser en France avec l’introduction du premier test sanguin destiné à faciliter le diagnostic du trouble bipolaire. Baptisé myEDIT-B, ce test, mis au point par la start-up française Alcediag en collaboration avec le réseau de laboratoires Synlab International, promet une avancée significative dans le traitement et la compréhension de cette condition complexe.

Vers un diagnostic plus rapide et précis

Le trouble bipolaire, caractérisé par des fluctuations extrêmes de l’humeur, affecte la vie de millions de personnes. Jusqu’à présent, le diagnostic reposait sur l’évaluation clinique d’un psychiatre, une méthode qui peut être subjective et longue. L’arrivée de myEDIT-B représente un changement de paradigme, offrant la possibilité d’un diagnostic fondé sur des données biologiques précises.

Fonctionnement et accessibilité du test

Prescrit par un psychiatre, le test myEDIT-B est destiné aux adultes souffrant d’épisodes dépressifs modérés à sévères, et coûtera 899 euros. Réalisable dans l’un des 400 laboratoires Synlab, le test se base sur l’analyse de séquences d’ARN spécifiques dans le sang, utilisant le séquençage nouvelle génération et l’intelligence artificielle pour distinguer la dépression de la bipolarité. Les résultats, disponibles en quatre semaines, pourront orienter de manière plus précise le traitement des patients.

Impact et implications

Ce test représente une avancée majeure pour les personnes atteintes de trouble bipolaire en France. En permettant un diagnostic précoce et plus précis, myEDIT-B a le potentiel de transformer le parcours de soins des patients, réduisant l’errance diagnostique et facilitant l’accès à un traitement adapté. Bien que son coût élevé et l’absence de prise en charge par l’Assurance-maladie puissent représenter un obstacle, l’impact potentiel de cet outil sur la qualité de vie des patients est indéniable.