Le récent rapport de la Fondation Abbé Pierre révèle une réalité préoccupante : deux tiers des communes françaises soumises à la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) n’ont pas atteint les objectifs fixés en matière de logements sociaux pour la période 2020-2022.

Défiscalisation immobilière Baisse des prix immobiliers loyers Varois scandale corruption Marseille Toulon logements sociaux durcissement règles meublés touristiques Toulon pupille de l'Etat logements sociaux logements inflation immobilier var permis de louer crise du logement

Toulon logements sociaux – CREDIT : Var Actu

Toulon en mal de logements sociaux

Parmi elles dans notre région, il y a Toulon et Nice qui se distinguent malheureusement par leur performance particulièrement basse.

Un constat national inégal

La loi SRU, effective depuis l’an 2000, exige des communes urbaines un minimum de 20 à 25 % de logements sociaux. Les villes ne respectant pas ces quotas doivent s’engager à augmenter leur offre sous peine d’amendes. Pourtant, 64 % des communes concernées ne répondent pas à ces exigences. Cette situation varie grandement d’une région à l’autre, reflétant des disparités en termes de tension immobilière, de retard à rattraper et d’engagement politique.

Des disparités régionales marquées

Des régions comme la Normandie, la Bretagne, la Réunion ou les Hauts-de-France ont satisfait ou dépassé leurs objectifs. En revanche, la région PACA, incluant Toulon et Nice, est loin derrière, n’ayant réalisé que 26 % de la production HLM prévue, une baisse significative par rapport à la période 2017-2019 (63 %).

Des cas extrêmes de non-respect

Certains cas sont particulièrement alarmants. Sept communes n’ont pas seulement manqué leurs objectifs, mais ont aussi vu leur nombre de logements sociaux diminuer. Parmi elles, La Seyne-sur-Mer, Carqueiranne, et Tourrettes-sur-Loup. La Fondation Abbé Pierre pointe du doigt un “manque de volontarisme” et une réticence à collaborer avec l’État, ainsi que le refus de projets de construction de HLM par certaines municipalités.

Les causes d’une chute préoccupante

La Fondation Abbé Pierre attribue cette situation à plusieurs facteurs : les impacts de la pandémie de Covid-19, un contexte économique défavorable, et une politique gouvernementale jugée peu propice au développement du logement social.