Dans un cas choquant d’insalubrité immobilière à Marseille, deux propriétaires ont été condamnés à des peines de prison avec sursis et à des amendes pour avoir perçu indûment des loyers d’appartements non sécurisés et menacé des locataires.

marseille logements insalubres logements vacants PACA sécurité Toulon centre ancien hausse prix immobiliers Toulon

Marseille logements insalubres – CREDIT :  Var Actu

Un jugement attendu dans un contexte critique : Marseille des logements insalubres

La justice a tranché dans l’affaire des appartements insalubres de Marseille, condamnant deux propriétaires pour avoir exploité des conditions de vie dangereuses. Ces condamnations surviennent dans une ville où le mal-logement et les immeubles effondrés, comme ceux de la rue d’Aubagne, ont fait de nombreuses victimes.

Les faits reprochés

Les propriétaires, une médecin urgentiste et un entrepreneur immobilier, ont été reconnus coupables de perception indue de loyers et de menaces envers leurs locataires. L’immeuble du 38 rue du Bon Pasteur, frappé par des arrêtés de mise en sécurité et d’insalubrité, a été le théâtre de ces actes répréhensibles. Malgré les risques évidents, ces propriétaires ont continué à percevoir des loyers, ignorant les droits et la sécurité des locataires.

Des arrangements financiers et menaces de mort

La médecin, qui a acquis quatre appartements en 2017, a tenté de se défendre en prétendant ignorer l’illégalité de ses actions. Elle a même proposé des arrangements financiers à ses locataires pour éviter de les reloger. Le second propriétaire, quant à lui, a usé d’intimidation et de menaces pour déloger ses locataires, allant jusqu’à engager des hommes pour exiger le paiement du loyer et menacer de mort.

Un verdict qui reflète un problème plus large

Le tribunal a souligné la gravité de ces infractions dans le contexte du marché immobilier marseillais. Il a mis en évidence le phénomène d’acquisition à bas prix d’appartements insalubres pour en tirer des profits, ignorant les besoins humains. Ce jugement met en avant une crise du logement qui affecte des milliers de Marseillais vivant dans la pauvreté ou dans des conditions indignes.

Implications pour Marseille et au-delà

Cette affaire est révélatrice des défis auxquels est confrontée la ville de Marseille en matière de logement. Elle soulève des questions sur la responsabilité des propriétaires et sur les mesures nécessaires pour garantir des conditions de vie décentes pour tous. Ce verdict est un pas vers la reconnaissance des droits des locataires et la lutte contre l’insalubrité dans le secteur immobilier.