Contrairement aux idées reçues, repousser l’heure du réveil pourrait s’avérer bénéfique pour la qualité du sommeil et les capacités cognitives, révèle une étude suédoise récente.

repousser l'heure du réveil changement heure octobre

repousser l’heure du réveil – CREDIT : Pixabay

Ignorer la première sonnerie du réveil est une pratique courante pour beaucoup, souvent perçue comme une mauvaise habitude. Cependant, une récente étude suédoise publiée dans le Journal of Sleep Research, le 18 octobre 2023, vient bouleverser cette perception. Les chercheurs de l’Université de Stockholm ont découvert que se rendormir après le réveil ne nuirait pas à la qualité du sommeil et serait même bénéfique pour le cerveau.

Pas de perturbation du sommeil observée

L’étude a divisé les participants en deux groupes : ceux qui se lèvent immédiatement et ceux qui prolongent leur sommeil après le réveil. Sur 1732 volontaires interrogés, 69% ont admis apprécier la somnolence matinale, en particulier les jeunes et les personnes ayant des habitudes nocturnes. Tina Sundelin, chercheuse spécialiste du sommeil, souligne que l’usage du snooze n’altère pas la qualité du sommeil.

Une expérience en laboratoire révélatrice

Pour approfondir ces résultats, 30 volontaires ont passé deux nuits en laboratoire. Après la première nuit, ils devaient se lever dès la première alarme, tandis que la seconde leur permettait de retarder leur réveil de trente minutes. Les résultats ont montré que les utilisateurs du snooze ne dormaient que six minutes de moins en moyenne que les autres, indiquant que des phases de réveil et d’endormissement répétées ne compromettent pas un sommeil réparateur.

Un démarrage de journée plus doux

Selon Marie-Pierre Saint-Onge, directrice du Center of Excellence for Sleep and Circadian Research, utiliser la fonction snooze aide à segmenter le processus de réveil, permettant ainsi de commencer la journée de façon plus sereine et de réduire la sensation de fatigue.

Amélioration des performances cognitives

L’étude a également soumis les participants à des tests cognitifs après leurs nuits en laboratoire. Les résultats ont révélé des performances équivalentes, voire meilleures, chez les personnes ayant utilisé le snooze. Ce phénomène pourrait aider ceux qui souffrent de somnolence matinale à se sentir plus alertes dès le lever. Cependant, les chercheurs recommandent de ne pas excéder trente minutes de sommeil supplémentaire.

Nos articles vous plaisent ?