Face à une flambée des prix immobiliers sans précédent, La Ciotat surprend en devenant plus coûteuse qu’Aix-en-Provence, plongeant ses habitants dans la stupéfaction.

La Ciotat surpasse Aix-en-Provence

La Ciotat surpasse Aix-en-Provence – CREDIT : Var Actu

La mer se paye cher ! c’est la récente étude sur l’accessibilité à la propriété en Provence a mis en avant une réalité surprenante : La Ciotat, autrefois ville ouvrière, connaît une explosion des prix immobiliers, dépassant même ceux d’Aix-en-Provence, symbole historique du marché immobilier de la région. Cette évolution a plongé les habitants dans un état de stupeur, oscillant entre nostalgie pour le passé industriel de leur ville et résignation face à cette nouvelle donne.

Un marché en pleine ébullition

Avec un prix moyen du mètre carré atteignant 5 845 euros, selon les données de la FNAIM, La Ciotat s’est hissée au rang de deuxième ville la plus chère des Bouches-du-Rhône, juste derrière Cassis. Cette flambée des prix a profondément transformé le visage de la ville, en particulier ses quartiers historiques, où les façades autrefois défraîchies côtoient désormais les signes extérieurs de cette richesse nouvellement acquise.

Les témoignages des habitants révèlent un profond changement

Les habitants de La Ciotat témoignent de cette transformation radicale. “Avant, c’était une ville de chantiers navals. On se connaissait tous. Aujourd’hui, je ne reconnais plus ma ville,” confie Jacques, un ancien ouvrier du chantier naval, nostalgique de l’époque révolue. Sur le port, Isabelle et ses amis, retraités, observent l’augmentation du nombre d’agences immobilières. “Avant, on vivait de notre travail aux chantiers. Maintenant, même en travaillant à deux, on ne peut plus se permettre d’acheter ici,” déplorent-ils.

Des investissements devenus inaccessibles

La rénovation du vieux port a également contribué à cette hausse des prix. Julien, enseignant et passionné de voile, regrette de ne pas avoir investi plus tôt. “Un de mes amis a acheté il y a trente ans et a revendu son bien le triple de son prix initial. Maintenant, même vivre sur un bateau devient une alternative économique,” explique-t-il, soulignant l’ironie de la situation.

Une situation alarmante pour les locaux

Au boulodrome face au port, le constat est similaire. Les habitués, majoritairement des personnes âgées en location, sont déconcertés par l’envolée des prix. “Pour acheter aujourd’hui, il faut soit être riche, soit se contenter d’un bien minuscule,” affirme Luc, un joueur régulier. La situation est telle que l’accès à la propriété devient un luxe inaccessible pour une grande partie de la population locale.

Un avenir incertain pour l’accès à la propriété

Selon l’Insee, l’accès à la propriété est devenu un rêve lointain pour la moitié des ménages locataires en Provence-Alpes-Côte d’Azur. “Nous sommes face à une crise sociale imminente,” prévient Sarah Bernard, une agente immobilière expérimentée de La Ciotat. “Si rien n’est fait, de nombreuses familles ne pourront plus s’offrir un logement décent.”

Cette situation alarmante à La Ciotat reflète un problème plus large affectant de nombreuses villes françaises, où l’accès à la propriété devient de plus en plus difficile pour les classes moyennes. A Saint-Cyr-sur-Mer la situation est identique, mais 119 petits logements vont voir le jour et la mairie compte même prêter des terrains à des familles pour s’installer et construire leur maison dessus.