Depuis le mois de février 2022, plusieurs personnes ont affirmé avoir été piquées en boîte de nuit, provoquant des malaises chez certaines victimes. Après la crise du Covid qui a coûté cher à toutes les discothèques, ces rumeurs sont un nouveau coup dur.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Illustration – Crédit photo : Pixabay

Depuis mars 2022, une actualité affole les jeunes. Une centaine de personnes, hommes et femmes, racontent avoir été piqués lors de soirées en discothèques en France. Actu ou Fake News ? Il est difficile pour le moment d’y répondre. A noter que des faits similaires de « piqûres sauvages » avaient créé une psychose, fin 2021 dans plusieurs régions d’Angleterre…
Plusieurs victimes françaises ont, à ce jour, porté plainte et des enquêtes sont en cours.

Pour les boîtes de nuit, longtemps resté fermé à cause de la pandémie du Covid-19, il s’agit d’un nouveau coup dur. Un entrepreneur nous a confié :  » Le Covid a été difficile. Aujourd’hui, se sont des rumeurs de piqures qui nous font du mal. » D’après lui, « les empoissonnements au GHB arrivent malheureusement souvent dans les discothèques du monde entier. Notre service de sécurité est régulièrement sensibilisé. Nous  avons renforcé à l’accueil : depuis plusieurs mois, nous avons mis en place des protections pour les verres pour lutter contre ce phénomène. Aujourd’hui, on parle d’empoisonnement au GHB et non pas de piqure. L’amalgame a été fait ».

Alice, 26 ans, fréquente au moins une fois par semaine les discothèques : « J’y suis tous les week-end. Je n’ai rien vu de mes propres yeux. En attendant, j’entends la même rumeur toutes les semaines avec le même nombre de cas. Tant que je n’ai rien vu personnellement, je n’y crois pas » Amandine, jeune fêtarde de 20 ans fait son analyse : « En sortant de soirée, j’ai vu des pompiers. Quand j’ai vu les informations, j’ai fait inconsciemment le lien. Mais quand on sait le nombre de fois où les pompiers interviennent en boîte, ça m’étonnerait que ce soit pour cette raison » témoigne-t-elle.