L’Australie redéfinit sa stratégie navale en écartant Naval Group pour ses frégates, visant une expansion majeure de sa flotte avec de nouveaux partenariats internationaux.

Sébastien Lecornu australie naval group charles de Gaulle Nice Anne Favède ex-meuse Exercice nucléaire Toulon Suffren chien perdu arsenal toulon Sébastien Lecornu

australie naval group – CREDIT : VarActu

Un tournant stratégique majeur pour la marine australienne

Dans un mouvement stratégique d’envergure, l’Australie a décidé de prendre ses distances avec le groupe français Naval Group pour le développement de ses futures frégates polyvalentes. Cette décision marque un tournant dans la modernisation de la Royal Australian Navy (RAN), qui ambitionne d’atteindre un niveau de puissance navale inédit depuis la Seconde Guerre mondiale.

Vers une flotte renforcée et diversifiée

Le 20 février, le ministère de la Défense australien a révélé ses plans pour une expansion significative de sa flotte, visant à porter le nombre de ses navires de surface de premier rang de onze à vingt-six. Ce plan ambitieux s’inscrit dans le cadre d’une révision stratégique visant à assurer la sécurité des voies maritimes vitales pour le commerce et le bien-être du pays.

Réajustements et nouvelles orientations

Face aux défis rencontrés par le programme Sea 5000, initialement prévu pour s’appuyer sur la conception britannique de frégate de Type 26, le gouvernement a opté pour une réduction d’échelle, commandant finalement six navires au lieu des neuf initialement prévus. Cette décision libère des fonds pour l’investissement dans de nouveaux projets navals, notamment l’acquisition de six navires de surface non habités équipés de systèmes de lancement vertical avancés.

Un champ de candidats international

Alors que Naval Group est écarté, l’Australie explore désormais des options avec d’autres acteurs internationaux pour la construction de ses onze frégates polyvalentes nécessaires. Parmi les prétendants, on trouve l’allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), le japonais Mitsubishi Heavy Industries, le sud-coréen Hanwha, et l’espagnol Navantia, chacun proposant des modèles susceptibles de répondre aux exigences spécifiques de la RAN.

Un futur naval prometteur

Cette réorientation stratégique illustre l’engagement de l’Australie à renforcer sa capacité de défense maritime face à des enjeux sécuritaires croissants dans la région Indo-Pacifique. En diversifiant ses partenariats et en adoptant des technologies de pointe, la RAN se prépare à naviguer vers un avenir où elle jouera un rôle central dans la préservation de la paix et de la stabilité régionales.