La mère de famille en cavale avec sa fille est soutenue par des célébrités et anonymes sur les réseaux. Elle connaîtra son verdict le 4 janvier.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !
Priscilla Majani condamnée

Elle a été condamnée à 5 ans de prison dont 4 ans ferme – CREDIT : VarActu

Priscilla Majani, en 2011, fuit la France avec sa fille alors âgée de cinq ans à cause de son mari. Un mari qu’elle accuse de viol et d’agression sexuelle sur leur fille. Une plainte déposée à l’époque qui a été classée sans suite.

Après plus de 11 ans de cavales, notamment en Suisse, Priscilla Majani a été jugée en appel le 23 novembre dernier. Elle risque cinq ans de prison dont quatre fermes. La réponse définitive aura lieu de 4 janvier prochain pour celle qui est accusée de « dénonciation mensongère et calomnieuse, soustraction et non-présentation d’enfants ».

Cette histoire déchaîne les réseaux sociaux. Beaucoup d’internautes affichent leur soutien envers la mère de la jeune fille sur les réseaux sociaux. Le message “J’aurais fait comme elle” accompagné du  hashtag #PriscillaMajani se propage sur Instagram, Twitter, Facebook…

Priscilla Majani, ancienne ingénieure militaire, accuse donc son ancien mari d’agression sur sa fille. La jeune fille elle même, aujourd’hui âgée de 17 ans et placé en curatelle en Suisse, a porté plainte en Suisse, contre son père pour violences psychologique, physique et sexuelle.  La mère a été arrêtée en Suisse lors d’un contrôle routier. Elle faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international. C’est ainsi qu’elle a été interpellée alors que depuis 11 ans elle vivait sous une fausse identité.

Mais sa condamnation auprès des français ne passe pas et provoque une réelle incompréhension. C’est d’ailleurs l’actrice Eva Darlan qui a lancé ce mouvement de soutien. Enora Malagré, Alex Lutz, Catherine Marchal ont suivi la tendance et ont posté une photo avec le hashtag #PriscillaMajani. De nombreux anonymes ont fait la même avec des photos, des dessins en rajoutant “J’aurais fait comme elle”.  En plus de ce hashtag, une pétition “Relaxe pour Priscilla Majani” a vu le jour.