Il y a énormément de moustiques cette année, plus que d’habitude, à Hyères c’est la folie ! Plusieurs types de moustiques dont le tigre se régalent à sucer le sang des touristes.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Moustique – CREDIT : Pixabay

Cette situation exceptionnelle est due à l’orage fin juin à Hyères. Il est tombé en trois heures l’équivalent de deux mois de pluie. Selon Jean-Brice Cortez, que “cet apport exceptionnel d’eau a créé des points d’eau stagnante, ce qui a favorisé de manière exceptionnelle et exponentielle la reproduction. Tous les œufs ont pu entamer leur cycle larvaire et on s’est retrouvé avec une prolifération assez importante de moustiques.”

Plus il fait chaud et humide, plus les moustiques pondent et se multiplient. Voilà ce qui explique leur prolifération, notamment après un épisode de pluie et l’absence de vent renforce leur capacité à se déplacer.

Pourtant, depuis 2019, la Ville d’Hyères a installé des pièges anti moustiques sur son territoire depuis 2019. Ces bornes anti moustiques ont pour principe d’attirer la femelle en quête de proie, en simulant la respiration humaine. Le moustique, persuadé de piquer un être humain, est ensuite aspiré et piégé dans un filet.

Les bornes antimoustiques ont été très efficaces en 2020 er 2021 mais cette année la situation météorologique n’est pas la même.
Mais cela ne suffit pas pour 2022…

Frédéric, un touriste parisien nous raconte l’horreur qu’il vit tous les soirs depuis qu’il est arrivé dans notre département. “l’enfer ces moustiques, chez moi à Paris il n’y en a pas, franchement je me demande pourquoi je suis venu en vacances ici, entre la chaleur insupportable et les moustique qui me dévorent c’est vraiment n’importe quoi ce pays, ils nous suce le sang non stop, ma femme, ma fille et moi nous sommes remplis de piqures“.

Sabrina, une habitante de Hyères : “Pour moi je vois rien d’anormal, nous avons les salins, il fait chaud, c’est la nature, il est vrai qu’avec le réchauffement climatique ce phénomène s’amplifie mais cela est normal. C’est un peu comme si on voulait éradiquer les cigales ! Du grand n’importe quoi.”