Une femme de 72 ans retrouvée morte à Marseille, son mari en garde à vue. L’affaire soulève des questions cruciales sur la violence conjugale.

féminicide saint-mandrier collèges salon bombe escroquerie miramas affrontement DZ Mafia Yoda tirs carabines Six-Fours enlèvement ado var Échange de tirs à Toulon

Marseille drame conjugal – CREDIT : Var Actu

Marseille : un drame conjugal

Une femme de 72 ans a été retrouvée sans vie dans son domicile, avec son mari de 67 ans placé en garde à vue. Cette affaire soulève de nouvelles questions sur la violence domestique, un fléau persistant malgré les efforts constants pour l’éradiquer.

Une découverte macabre à Saint-Charles

Dans les ruelles paisibles de Saint-Charles, la journée a pris une tournure sombre lorsque les marins-pompiers, alertés d’un incident domestique, ont découvert une femme de 72 ans inanimée. Malgré tous leurs efforts, ils n’ont pas réussi à la ranimer, scellant ainsi le sort tragique de cette résidente du 1er arrondissement de Marseille.

L’enquête prend forme

Face à cette situation alarmante, la police a rapidement interpellé le mari de la victime, âgé de 67 ans. L’homme, désormais en garde à vue, fait l’objet d’une enquête approfondie pour homicide volontaire par conjoint. Les premiers éléments suggèrent une mort par strangulation, mais l’enquête menée par la brigade des mineurs de la sûreté départementale cherche encore à clarifier les circonstances exactes de ce drame.

Un couple déjà connu des services de police

Le parquet de Marseille a révélé que le couple n’était pas inconnu des services de police et de justice. Cependant, il semblerait qu’il n’y ait pas d’antécédents de violences conjugales, ajoutant une couche de complexité à cette affaire déjà tragique.

Le spectre du féminicide

Cet incident tragique rappelle la réalité sombre des féminicides en France. Selon les statistiques du ministère de l’Intérieur, le pays enregistre en moyenne un féminicide tous les trois jours. En 2022, 118 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Ce cas à Marseille s’inscrit dans une problématique nationale, soulignant l’urgence de solutions efficaces contre la violence domestique.